Newsletter du Concours Puissance 11, Les derniers conseils d’une professionnelle de l’orientation

Concours-puissance-11

Myriam Pinard est psychologue et conseillère d’orientation au COREP (Centre d’Orientation et d’examens psychologiques à Paris).

Elle répond à quelques questions que se posent beaucoup d’élèves de terminales.

 

Comment réussir son orientation dans l’enseignement supérieur ?

Voici quelques critères simples à prendre à compte par chaque élève pour l’aider à faire son choix :

1 –  Evaluer sa capacité de travail : peut-il travailler beaucoup et à un rythme soutenu, de manière autonome ou dans un cadre précis ?

2-  Réfléchir au nombre d’années d’études qu’il est prêt à assumer : 2, 3, 5 ans après le bac, voire plus !

3 –  Avoir une bonne connaissance de ses goûts et de ses centres d’intérêts dominants

4 – Etre capable d’identifier ses forces et ses faiblesses dans les disciplines scolaires

5 –   Essayer de construire un projet d’études supérieures avec un objectif à atteindre

Une fois ce travail de réflexion fait, l’élève est en mesure de choisir par lui-même les études supérieures qui lui conviennent le mieux.

 

Que répondre à un élève de terminale qui n’a aucune idée de ce qu’il veut faire plus tard ou que tout intéresse, mais qui ne sait pas quoi choisir… et qui pense à la date butoir du 20 mars pour finaliser ses choix ?

Tout d’abord qu’il se rassure, les deux cas de figure arrivent fréquemment.  L’élève est angoissé car il se trouve dans l’incapacité de choisir. Savoir ce que l’on va faire après le baccalauréat, c’est souvent pour les élèves le premier choix déterminant qu’ils ont à faire et qui engage leur vie d’adulte.  Ils peuvent se faire aider dans leurs démarches par les conseillers d’orientation de leur lycée, se documenter sur les cursus post-bac, regarder les métiers que leurs parents ou leur entourage exercent, pour voir s’ils ont envie de se projeter dans un métier identique, éventuellement avoir recours à des bilans d’orientation. Mais l’essentiel c’est qu’ils trouvent par eux-mêmes la filière qui leur plait et qui les motive sans avoir forcément une idée de métier précis, celui-ci s’imposera plus tard au cours de leur parcours d’études.

 

Est-ce qu’un 1er trimestre moyen est rattrapable ?

Un second trimestre plus solide que le premier montre que l’élève a su se mobiliser ce qui est toujours positif. La plupart des établissements qui recrutent directement après le baccalauréat prennent en compte le dossier scolaire de l’élève pour évaluer son potentiel. C’est le cas des écoles d’ingénieurs post-bac. Par ailleurs l’inscription sur le portail admission-postbac ne prend en compte que les notes des deux premiers trimestres de Terminale.  C’est pourquoi le 2ème trimestre est important, il vaut mieux, si le 1er trimestre a été moyen, que le 2ème soit meilleur et révèle les efforts faits par l’élève.

 

Comment choisir entre une école d’ingénieurs et une fac de sciences ?

Les deux offrent une formation scientifique solide. L’école d’ingénieurs aura plus d’applications concrètes et de contacts avec le monde de l’entreprise tôt dans le cursus. L’université offre une formation plus théorique au départ et demande plus d’autonomie de la part de l’étudiant. C’est à l’élève de réfléchir au type d’encadrement lui convenant le mieux.

 

Avec des notes moyennes en mathématiques peux-t-on quand même suivre un cursus en école d’ingénieurs ou doit-on s’orienter vers un autre projet ?

Pas forcément, les classes prépa intégrées, qui recrutent des terminales, vont vous « booster » dans les matières scientifiques. Par ailleurs plusieurs entrées en école d’ingénieurs sont possibles.  Directement après le baccalauréat, après une CPGE scientifique, après une licence, un BTS ou un DUT par les voies d’admission parallèle. Si l’élève a un profil moyen, il a le choix entre différentes possibilités pour mener à bien son projet.